Méthodes

Écrire votre synopsis

Préambule

Ha ! Le fameux synopsis… Ou comment massacrer votre œuvre de huit cents pages bourrée de sous-intrigues, de rebondissements inattendus et de personnages à la psychologie plus fouillée qu’une thèse de Freud,  en une seule malheureuse feuille A4. Moi, j’ai une technique imparable : je n’en fais pas !

Ben oui, c’est définitivement l’outil de prospection que je déteste le plus. Donc à moins qu’il ne me soit explicitement demandé, je ne m’en occupe pas.

Et là vous vous dites : « Il a du culot tout de même, il nous avoue ne jamais faire de synopsis, et en même temps il prétend nous expliquer comment en faire un ! »  Ce en quoi je ne peux pas vous donner tort. Sauf que…

  1. Je n’ai jamais dit jamais. J’ai dit que je n’en faisais que si on me le demandait explicitement.
  2. Autant j’ai pu en faire l’impasse dans la prospection éditoriale de mes romans, autant le synopsis est INCONTOURNABLE dans le monde du scénario que j’ai fréquenté dans une autre vie.
  3. Certes, je n’ai jamais prospecté les éditeurs avec un synopsis, par contre… Une fois édité, on me l’a demandé pour engager d’autres démarches.

Conclusion : je n’en suis (malheureusement) pas à mon premier syno.

Vous l’aurez compris, je n’aime pas les synopsis. Pour moi c’est une corvée, un supplice. D’ailleurs rien qu’à l’idée de faire cet article, j’ai des poussées d’urticaire ! (Faut-il pas que je vous aime…) Du coup, j’ai industrialisé la chose (avec l’aide d’une auteure d’outre-Atlantique dont je ne retrouve plus la source… Susan quelque chose, vers fin 2010 si j’en crois mon fichier doc. Si quelqu’un retrouve la ref, j’ajouterai un lien => référence ici, merci à Crazy!). À défaut de combler mon côté créatif (qu’il faut enterrer pour la rédaction d’un syno), cela satisfait mon côté obsessif compulsif.

Mais au fait, un synopsis, qu’est-ce que c’est ?

C’est :

  • Un résumé de l’intrigue principale de votre roman qui dévoile impérativement la fin.
  • Idéalement un texte d’une page, voire une page et demie maximum (3 000 à 4 500 sec) qui suit la chronologie de votre intrigue (note : il existe le synopsis long, quatre à cinq pages, plus souvent demandé pour la prospection de scénario, mais qui ne fait pas l’objet de cet article).
  • Une écriture simple, factuelle et précise, sans fioriture ni tournure de style alambiquées, mais néanmoins soignée (vous êtes auteur et c’est une vitrine, donc variez le vocabulaire, les liaisons et chassez les lourdeurs. Un synopsis est court, chaque mot doit compter).
  • Un outil par lequel le prospect cherche à savoir si vous savez articuler une histoire, et ce qu’elle vaut.

Ce n’est pas :

  • Un résumé de texte.
  • Une quatrième de couverture.
  • Un pitch.
  • L’endroit où essayer d’attirer votre prospect à lire votre livre en entier en laissant planer le suspense.

Règles d’or

  • Vous devez révéler la fin (c’est pour ça que je déteste les synopsis en tant qu’auteur de thriller, révéler la fin m’est viscéralement très difficile, et pourtant il faut briser la magie du suspense et tout dévoiler dans un synopsis).
  • Même si vous avez une pléthore de personnages, contentez-vous d’en nommer TROIS maximum. Normalement :
    • le protagoniste ;
    • l’antagoniste ;
    • un autre personnage clé (genre le compagnon ou l’intérêt romantique).
    • Référez-vous aux autres personnages par leur titre, leur profession ou leur rôle (le Roi, le policier, l’amant…).
  • N’intégrez pas les sous-intrigues, le synopsis court ne doit vous laisser la place que pour traiter l’intrigue principale (d’où le synopsis long…).

Rédigez votre synopsis en répondant à 11 questions

Si vous n’êtes pas familier avec le vocabulaire et la structure dramaturgique, je vous renvoie à ce lexique et l’illustration suivante avec l’emplacement des événements liés aux 11 questions :

               3actes-syno

(Notez bien que grosso modo, ce que le prospect cherche à savoir à travers votre synopsis, c’est justement ça : voir si vous maîtrisez la structure, et ensuite se faire une idée si le thème l’intéresse).

ATTENTION, l’exercice sera illustré avec La Guerre des étoiles, spoiler complet pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu (c’est possible ça ??).

1. Introduction de l’histoire

Quel est le contexte de l’histoire ? Un passage très court pour mettre dans l’ambiance de l’histoire.

« Il y a très longtemps, dans une galaxie éloignée, un gouvernement autoritaire et sans merci prend un à un le contrôle de tous les systèmes planétaires connus. Son nom : l’Empire. Tous ceux qui s’opposent à son régime sont impitoyablement exterminés. »

2. Introduction du protagoniste

Qui est le personnage principal ? Présentez le protagoniste en une ou deux lignes descriptives (sur sa personnalité, son physique tout le monde s’en fout à ce stade à moins que ce ne soit un point capital de votre histoire). Indiquez ses motivations au début de l’histoire.

« Luke Skywalker, un garçon de ferme naïf et plutôt doué en robotique, rêve de devenir pilote pour pouvoir quitter la planète désertique sur laquelle il habite. »

3. Incident déclencheur

Qu’est-ce qui représente l’incident déclencheur ? Décrivez la situation, l’événement, la décision ou le changement qui va déclencher l’action initiale du protagoniste et le sortir de sa routine. (À ce stade, il peut encore faire marche arrière et retrouver sa petite vie tranquille.)

« Alors qu’il part acquérir deux nouveaux robots pour aider à la ferme, il découvre que l’un d’entre eux recèle le message secret d’une princesse. Elle possède des plans pouvant servir à détruire l’Empire et appelle à l’aide quiconque pourra les livrer à la rébellion sur une planète lointaine. Luke décide de rendre visite à son ami et mentor Ben Kenobi, un vieil ermite, pour lui demander son aide. »

4. Passage premier-deuxième acte

Quel est le premier tournant décisif ? Décrivez la décision ou l’action qui fait que le protagoniste (et l’histoire) bascule complètement. (À ce stade, il n’y a plus de retour en arrière possible.)

« Ben révèle à Luke l’existence des rebelles qui combattent l’Empire, aidés par la mystérieuse « Force » et les chevaliers de l’ordre Jedi. Il lui intime de faire face à Dark Vador, l’homme qui a tué le père de Luke et cherche désormais à l’anéantir. Luke refuse, mais lorsqu’il retourne à la ferme, il ne trouve que des ruines en flammes. Il n’a plus d’autres choix que de joindre la cause de Ben. »

5. Conflits et rencontres

Quelle est la première difficulté à surmonter ? Dans la phase de confrontation, le protagoniste doit surmonter ses premières difficultés (normalement liées à l’antagoniste, il est donc temps de le révéler). Le plus souvent, d’autres personnages interviennent également à ce moment-là.

« Pour quitter leur planète désertique, Ben et Luke font appel à un pilote mercenaire et son co-pilote alien. Luke, Ben et les deux robots quittent leur planète pour rejoindre l’Étoile de la Mort, lieu de résidence de Dark Vador et base principale de l’Empire. »

6. Climax médian

Quel est le climax médian ? Décrivez le rebondissement (et le changement irréversible induit sur le protagoniste), qui tout comme le passage premier-deuxième acte, change complètement la donne.

« À bord de l’Étoile de la Mort, Luke découvre que la princesse y est retenue en otage. Avec les robots et ses nouveaux compagnons, il part à son secours tandis que Ben cherche un moyen de leur permettre de s’évader de la base impériale. »

7. Ça s’arrange, ou pas

Qu’est-ce qui laisse à penser que le protagoniste approche du but, mais foire lamentablement ? Décrivez le rebondissement qui pourrait assurer la victoire du protagoniste, mais se retourne contre lui.

« Après avoir secouru la princesse, Luke et son groupe tentent de s’évader. Ils sont dans l’impasse, et Ben se sacrifie pour leur permettre de fuir. Il est tué par Dark Vador en personne tandis que le groupe décolle à bord de leur vaisseau.  »

8. Dépression

Quel est le moment où le protagoniste est au plus bas ? Expliquez le conflit auquel doit faire face le protagoniste pour continuer de l’avant.

« Luke est dévasté par la mort de Ben. Mais sa détermination à combattre Dark Vador et aider les rebelles dans leur combat n’en est que plus grande. Il s’allie à l’armée rebelle et les aide à mettre au point un plan d’attaque contre l’Étoile de la Mort. »

9. Climax

Quelle est la confrontation finale entre le protagoniste et l’antagoniste ? Décrivez le conflit final.

« L’Étoile de la Mort rejoint l’armada rebelle et l’attaque commence. Luke rejoint un escadron d’assaut. Les rebelles doivent faire face à des pertes colossales, et bientôt, Luke reste l’un des rares pilotes avec un vaisseau encore en état de combattre. Il tente sa chance et lance l’assaut final. Guidé par l’esprit et la voix de Ben, il s’ouvre à la Force et parvient à placer le tir critique qui détruit la base impériale. »

10. Résolution

Quel est le dénouement ? Décrivez le retour à la vie « normale » (ou pas) de vos personnages suite au climax.

« Avec l’Étoile de la Mort détruite et l’Empire en déroute, les rebelles tiennent une grande cérémonie en l’honneur de Luke et ses amis. La princesse leur remet des médailles pour leur bravoure. »

11. Conclusion de l’histoire

Quel est l’état d’esprit final ? Quel que soit le résultat de votre histoire, quelle en est l’ambiance/état d’esprit final (si possible du point de vue du protagoniste).

« Bien que Luke soit toujours attristé par la perte de Ben et de sa famille, il a trouvé sa place parmi les rebelles, et avec eux, il est prêt à continuer le combat contre l’Empire. »

Voilà… Vous prenez vos réponses, vous assemblez, peaufinez un peu le vocabulaire, les répétitions, les liaisons et tutti quanti, et hop, presto : vous avez votre synopsis !

Article du 6 septembre 2013


Cet article a été posté dans Méthodes et taggé sous . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

50 réponses à Écrire votre synopsis incluant les trackbacks et les pings.

  1. Belette Pygmée a dit :

    parfait, cet article! ça permet aussi de voir si notre récit est bien structuré, j’adopte la technique! *o*
    par contre, j’ai tiqué sur les 3 personnages o_O j’ai essayé d’appliquer ça à mon roman policier et… j’ai pas réussi. ça n’a plus aucun sens. mama, je vais m’amuser quand j’en serai là…

    • Kanata a dit :

      « ça permet aussi de voir si notre récit est bien structuré »… tu as tout compris ;-)
      Oui, ce n’est pas simple le coup de se limiter à ne NOMMER que trois personnages, mais il y a au moins deux raisons à cela :
      1. Quand on utilise les noms, en tant qu’auteur, on se laisse aller à la facilité, car on connait ses personnages. Les redéfinir par leur fonction primaire permet de définir leur rôle dans l’intrigue pour le prospect.
      2. Le plus souvent, le prospect ne veut pas avoir à retenir des noms pour comprendre l’intrigue (contrairement au roman, on ne peut pas prendre le temps de bien assimiler les noms pour reconnaître les différents personnages, d’autant plus vrai dans les univers avec des noms complexes et/ou peu communs). Trop de noms à retenir diminuent sa concentration sur ce qui compte : l’histoire !

  2. Ping : La revue de l’après-fin du monde | Jartagnan.com

  3. Ping : Revue du Web 1 – semaine du 2/9 | Cindy Van Wilder

  4. Belette Pygmée a dit :

    je comprends tout à fait l’intérêt de se limiter à très peu de personnages. moi-même, j’ose pas imaginer la galère si on me faisait lire un syno avec le casting de Plus belle la vie dedans… +_+ »
    mais ça me semble excessivement difficile à faire! si j’ai bien compris, il ne faudrait dans l’idéal nommer que 3 personnages, mais avec possibilité d’en introduire un ou deux de plus juste par leur fonction (ce qui est plus facile à assimiler pour le lecteur du syno)?
    déjà présenté comme ça, le deal est plus acceptable ^^ (mais il est possible que j’aie rien capté XD)

  5. Belette Pygmée a dit :

    Wouhou \o/
    merci pour ces précisions :D (quel plaisir de sentir qu’on est moins bête qu’il y a 5 minutes)

  6. Sylas a dit :

    J’ai grosso modo suivi à peu près votre technique et je trouve le résultat très satisfaisant. Ce sont les phrases – exemples qui m’ont le plus aidé. En tout cas merci de votre aide qui m’a permis de réduire la rédaction du synopsis de plusieurs jours à 1 heure (quand même).
    Sylas

  7. Bear a dit :

    Merci. Une seule difficulté (mais de taille) : Je ne connais pas moi-même la fin …..

  8. Crazy a dit :

    Question (et Hello ^^) :

    Avec quelques autres grenouilles, on se pose la question de l’ »auritude » des règles d’or, ou, pour citer l’une desdites batraciennes :  » je pense que les « règles » du syno c’est comme le Code de la Piraterie : c’est plutôt une sorte de guide ».

    On bute surtout sur la règle des 3 noms de personnages ;) (avec en plus le twist d’avoir des persos qui « changent de nom » au cours de l’histoire).

    => Serait-ce possible que tu nous détailles les raisons derrière ces règles ?

    (Merci d’avance :))

  9. Kanata a dit :

    Mais avec plaisir ;-)

    La batracienne en question fait montre de sagesse. D’abord parce que le synopsis de travail et le synopsis de soumission s’abordent différemment (donc au moins deux set de règles), ensuite, parce qu’au final tout dépend de l’interlocuteur. Un peu de folie peut faire la différence pour certains, et en dégouter d’autres… rester dans les rails c’est juste s’assurer de ne pas se prendre une porte directe au bout de deux lignes.

    Pourquoi 3 personnages NOMMÉS ? C’est simple et triste à la fois (et cela concerne bien le synopsis de soumission, puisque dans le synopsis de travail c’est plutôt l’inverse, on connait ses personnages, autant les nommer pour gagner en clarté) :
    Quand un éditeur, directeur de collection, ou stagiaire… reçoit 10 synopsis par jour, il se fout comme de l’An 2 du nom des personnages, même pire : il va avoir tendance à les mélanger et risque de perdre le fil de l’intrigue. Or, on ne veut surtout pas qu’il perde le fil, car le syno ne sert qu’à ça : résumer l’intrigue dans sa forme la plus épurée, ce n’est pas l’endroit où vendre ses personnages, mais son histoire. Et pour l’histoire, c’est la fonction des personnages qui compte le plus, pas leur nom.

    Le syno d’un roman, c’est comme le CV du chercheur d’emploi. Le recruteur veut savoir ce qu’ a fait le candidat. Où il l’a fait, c’est très secondaire et on retient le poste et les rôles tenus plutôt que le nom de la société. (je parle pour les travailleurs bien sûr, pas les managers où là c’est le contraire…)

    Cela répond-il aux interrogations grenouilleuses ? Sinon je peux amener la discussion dans la marre avec une bonne bouteille de nénuphou ;-)

  10. Crazy a dit :

    Merci pour ta réponse, et puisque tu proposes de passer nager avec nous, je te propose en retour de demander l’accès à la section des synos pour que tu puisses nous donner ton avis :D

    • Kanata a dit :

      Ha ! C’est pour cela que je ne trouvais pas la discussion en question… C’est réservé aux nageurs… Ben j’y vais de cette nageoire… en dos crawlé, tiens !

  11. Anastasia Calaghan a dit :

    C’est un super article ! Le problème est que… j’ai mis pas mal de temps à le faire car, comment dire ? Tout ne rentre pas T_T. Il va me falloir restructurer mon livre. Mais vaut mieux tard que jamais, hein !

  12. carli a dit :

    merci beaucoup ce petit article bien utile. moi aussi ça me gave de l’écrire ce synopsis ! est-il possible de vous l’envoyer pour avoir votre avis ?

  13. Bla'H a dit :

    Salut Kanata ! Ton article est tip-top. Sauf que je voulais confirmer un point avec toi : je suis actuellement plongée dans l’écriture d’une histoire se déroulant en deux tomes. Mais je pense qu’il faut ne faire qu’un synopsis, non ? Ce qui me gêne surtout c’est le fait que mon personnage principal n’apparaît qu’après cinq chapitre… (oui je sais c’est bizarre dit comme ça ;)). Merci d’avance pour ta réponse !!

    • Kanata a dit :

      Le synopsis de prospection pour le volume 1 ne devrait parler que du volume 1.
      Tu peux par contre glisser un pitch de la « saga » en exergue.

      Il n’y a rien de mal à faire surgir le protagoniste au bout de 5 chapitres. Il m’arrive même parfois de les tuer avant ça, alors tu sais… ;-)

  14. Bla'H a dit :

    Merci pour ta réponse. Même si je dois avouer que cela ne va pas me faciliter la tâche. Mon tome 1 finit sur le climax median créant ainsi un cliffhanger… Du coup c’est un peu la galère pour faire un synopsis…

  15. Ping : NaNoWriMo :le cap des 10000 mots est franchi ! | Les Chroniques de la Grande Verte

  16. Ferhani Jacqueline a dit :

    J’attendais exactement vos conseils ! Merci de m’avoir sauvé la vie !

  17. Evan'dala a dit :

    Vos conseils m’aide un tout petit peu merci si vous pouvez changer d’exemple

  18. Alexandre T a dit :

    Bonjour et un grand merci pour cette aide précieuse. Même si vous semblez détester cet exercice, je m’y suis livré et cela m’a permis de mieux cristalliser mon premier roman. Je n’écrivais pas pour être édité, mais pour offrir à quelques connaissances une histoire déjà entamée par plusieurs petits essais. Certains de mes lecteurs (peu nombreux) aiment beaucoup la multitude de personnages, chacun s’attache à tel ou tel personnage. Je me suis inspiré du style de Game of Throne. Chaque chapitre prend en point de vue l’un des protagonistes de l’histoire. Malheureusement, l’exercice du synoptique élude tous les autres personnages. Comme vous le conseillez, je me suis cantoné à trois et je cite les autres par leur profession. J’écarte totalement les intrigues secondaires. Les clans, les familles qui sont souvent le propre des sagas ou des univers rôlistiques n’apparaissent donc pas. Je pense que le lecteur de ce synopsis se doutera de l’existence d’intrigues secondaires. Mais est-ce que vous auriez des conseils pour faire comprendre à ce même lecteur qu’il existe d’autres familles et que d’autres tomes se focalisant sur eux vont suivre. Car édité ou non édité, je compte écrire mes textes, par simple plaisir de grenouille égocentrique.

    • Kanata a dit :

      J’aime bien ce verbe « cristalliser », c’est exactement le but du synopsis de prospection !
      En fait, dans le synopsis lui-même, il n’y a pas à faire référence à d’éventuelles suites. Il doit être autosuffisant.
      C’est plutôt dans la lettre d’accompagnement que l’on pourra signaler les autres développements (suites, prequel, spinoff…)
      Il ne faut pas oublier que ce synopsis « court » est vraiment dédié à la prospection éditoriale. Il sera lu par des professionnels de l’édition qui jugeront majoritairement la structure, l’articulation, le thème et la force des personnages principaux.

  19. Pasotti a dit :

    Merci infiniment pour cette article.
    Je dois passer des concours pour entrer dans des masters pro de scénario ou dans des écoles… Et en gros, le sport, c’est d’écrire un synopsis  » long  » en 6 heures de temps sur un sujet imposé. Donc, tu me sauves ! Sauf que j’imagine que du coup, on doit insérer en plus une intrigue secondaire ? Pour tenir les 10 pages…

    • Kanata a dit :

      Hello Pasotti,

      Attention, tu fais référence au synopsis classique de soumission de scénario (le synopsis « long » que je mentionne au début de l’article, et que je n’ai pas traité, car même dans le monde de l’audiovisuel, il a plutôt tendance à disparaitre au profit du court…)
      Toute la partie structurelle de cet article reste valable pour toi, les 11 questions, tout ça, c’est du pain béni. Mais pour le reste, on est ici sur le synopsis de prospection pour un roman, donc concis, max une page.

      Donc oui, tu peux intégrer la ou les intrigues secondaires (avec la même technique), et donc plus de personnages « principaux » si besoin (en général on focalise sur le protagoniste et sa troupe plus que du côté antagoniste). N’oublie pas les règles propres à ce type de synopsis :
      - La première (et uniquement la première) mention du nom d’un personnage se fait en CAPITALES;
      - Pas d’indication de PoV (Point of View, désolé je suis de l’école US :-P ) / mouvements de caméra;
      - À voir sur place, mais souvent en tout début de synopsis on demande la logline (le résumé du guide TV si tu veux), pour cela je te renvoie à notre article suivant qui couvre exactement ça : http://espacescomprises.com/la-methode-dite-du-flocon-expliquee-et-illustree-etape-3/

      En ce qui concerne le volume, généralement :
      - Intro : < 1 page - Acte 1 : 2 > < 2,5 pages - Acte 2 : 2 > < 5 pages - Acte 3 : 2 > < 2,5 pages

  20. Jennifer Leers a dit :

    Bonjour Kanata,
    je voulais te remercier d’avoir eu la gentillesse d’avoir prit la peine de nous rédiger cet article fort utile, puisque j’étais partie pour écrire un synopsis de travail de 10 pages.
    Grâce à ton exemple (je ne suis pas fan du tout de la guerre des étoiles, mais ce n’est pas grave) j’ai pu rédiger le mien très rapidement. Quel soulagement !
    En plus, pendant la rédaction, ça m’a donné des idées pour le climax et la résolution. Comme quoi, ton article était vraiment utile.
    Avec toute ma gratitude
    Jennifer

    • Kanata a dit :

      Ben de rien, c’est le but d’[Espaces Comprises], aider les galériens de l’écriture que nous sommes ;-)
      Effectivement, 10 pages de synopsis, s’eu été un peu lourd. En général un synopsis de travail va faire autour de quatre pages.
      C’est très bien que lors de la rédaction du synopsis tu recadres certains points de structure. C’est pour cela que j’en fais toujours un AVANT de commencer à écrire. Bon, il est certes moins léché que le synopsis de prospection que je réécris après, mais il me permet de challenger la structure du récit et d’être bien clair dans ma tête pour la création du plan.

  21. Danny KADA a dit :

    merci beaucoup Kanata. Je découvre ton blog grâce à Jennifer Leers et je vous remercie l’une et l’autre.
    Cette histoire de synopsis n’était pas du tout claire pour moi qui vient de sortir mon premier roman il y a peu, et ton article m’éclaire vraiment. MERCI beaucoup !

    • Kanata a dit :

      Ha, je crois que le synopsis n’est clair pour personne dans la communauté des auteurs francophones. En général, on ne cherche pas trop à comprendre ce que l’on déteste, c’est humain. ;-)
      En amont du projet, il est souvent vu comme une perte de temps parce qu’on veut juste se lancer et écrire son texte.
      Après le projet c’est une corvée qu’on nous impose pour prospecter. L’idée même de réduire à une malheureuse page une histoire que l’on a développée, nourrie et chérie pendant des semaines ou des mois, c’est toujours un exercice de détachement difficile. Je le sais… je suis en train d’en écrire 3 !!!

  22. Caroline a dit :

    Bonsoir, Bonsoir, très intéressants tous ces conseils pour écrire un synopsis…. mais voilà je reste perplexe face à mon ébauche de synopsis. Mon futur manuscrit n’est en rien un roman, ni un recueil de nouvelles, cela s’approche plus du récit de vie, de réflexions glanées au fil des événements, des moments….. donc pas de personnage de type Luke Skywalker ni de planète éloignée ….. Dois-je suivre le même schéma ?

    • Kanata a dit :

      Bonjour, hé bien non, pas de synopsis pour toi Caroline (chanceuse, va !).
      D’après ce que tu dis, ton récit n’est en rien un écrit dramaturgique. Tu ne pourras donc pas bâtir un synopsis en utilisant ces 11 questions.
      Il va falloir donner dans le résumé plus classique.

  23. Sofairy a dit :

    Merci beaucoup pour cet article qui s’avère très précieux pour la nullité absolue en matière de résumé que je suis et qui, en outre, m’a permis de constater que construction de mon récit n’est pas trop mauvaise.
    J’aimerais bientôt commencer les soumissions pour un de mes romans, mais je suis terrifiée par cette histoire de synopsis quasi systématiquement demandé. Résumer 340 pages en une seule ? Faire l’impasse sur le style, les blagues, les dialogues, les petites subtilités et attirer malgré tout ? Impossible selon moi, du moins jusqu’à ce que je tombe sur votre blog. Peut-être qu’enfin, je ne terminai par ma tentative de rédaction de synopsis la tête sur mon clavier, dans un état de dépression avancée. :-)

  24. TaSu a dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre article, mais j’ai un soucis. Qu’en est-il pour le synopsis d’un recueil de contes pour enfants ? Car je sèche….

    • Kanata a dit :

      Bonjour Tasu. Je te confirme que dans le cadre d’un recueil (nouvelles, poèmes, contes…) Le synopsis tel qu’il est présenté ici (pour la prospection) n’a pas lieu d’être, et à moins que cela soit explicitement demandé, tu ne vas pas te lancer dans un synopsis de chaque conte.
      Tu seras plus sur un format résumé classique avec le thème sous-jacent du recueil et quelques phrases clés des contes les plus parlants. Par exemple (pour le recueil « Émilie, Princesse du royaume des rêves ») :

      Thème sous-jacent (c’est toujours mieux d’avoir un fil conducteur pour un recueil, même si ce n’est pas obligatoire) = Au royaume des rêves, Émilie veille sur les bulles roses et grises des rêves et cauchemars des enfants.
      Quelques pics = Entre sauvetage de lilliputiens, terreurs nocturnes et mystérieuses bulles bleues, la princesse des rêves embarque les enfants dans une série de contes tous plus féeriques les uns que les autres autour de thèmes comme l’intolérance, la peur ou la curiosité.

  25. Robina a dit :

    Je voulais juste dire : MERCI !
    Super article, tu as éloigné une belle zone d’ombre sur le sujet et surtout, je sais que le moment venu, je pourrai aborder l’étape du synopsis avec efficacité. Et puis, La guerre des étoiles en exemple, c’était parfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>