Le monde de l’édition

Comment ne pas se faire publier

bbAvertissement : réglez votre deuxième degré. Merci d’avance.

Cher bébé-auteur,
Nous sommes nombreux à donner des conseils, mais il y a bien un conseil que personne ne te donne. Et pour cause. Je vais t’expliquer le secret le plus secret de France et de Navarre : comment ne pas te faire publier.

1. Fais des fautes parce que le plus important, c’est l’histoire

On te le dit souvent, tant que l’histoire est bonne, l’orthographe est secondaire. Tu peux même écrire phonétiquement, ça t’évitera les désaccords et les conjugaisons. Au lieu d’hésiter entre « Untel m’a tuer » et « Untel m’a tué(e) », écris directement « 1tel ma tué » (le « lol » est facultatif).

2. Écris ton roman avec toutes les idées qui te passent par la tête

Il faut montrer que tu es versatile et jamais à court d’idées. Peu importe si le texte devient dense, sans queue ni tête, l’important, c’est l’inspiration (parce que nous, les artistes, nous n’écrivons qu’au gré de l’inspiration).

3. Lance-toi dans une saga de douze tomes, parce que les séries, c’est bien

Ça ne fait rien si tu n’as jamais écrit, ne serait-ce qu’une nouvelle : tu veux ta saga, tu l’auras. Bien sûr, tu risques de peiner vers la moitié du deuxième tome (tu as épuisé toutes tes idées dans le premier, t’en souviens-tu ?). Ce n’est que partie remise. Repose ton manuscrit quelques semaines et reviens travailler sur tes douze travaux. Le monde attend.

4. Soumets un premier jet

Les romans ne se travaillent pas : le premier jet est à l’image de qui tu es en tant qu’auteur. Il n’y a que quelques coquilles, rien de grave. Après tout, 1).

5. Soumets ton roman partout, partout, les lignes éditoriales sont sans importance

Mais ratisse large, surtout. Envoie ton roman noir à une maison qui ne publie que de la romance. Soumets ta saga fantasy à une maison qui ne publie que la littérature blanche. Les éditeurs seront ravis. Peut-être bien que c’est ton tapuscrit qui leur fera ouvrir une collection rien que pour toi.

6. Si les éditeurs germanopratins ne te publient, sois sûr qu’ils sont pourris

Et comme ils sont pourris, n’hésite pas à en parler partout : sur les réseaux sociaux, sur les forums. Ouvre un blog ; donne les noms ; copie-colle les e-mails, si e-mails il y en a ; publie quelques extraits pour montrer à quel point c’est injuste. Bref : crie ton génie incompris. Quand tu auras vendu 50 000 exemplaires, ils viendront vers toi avec de beaux chèques. À toi de faire le bon choix.

Sur ces bonnes paroles, l’équipe te souhaite une très bonne année !

On revient la semaine prochaine avec des billets sérieux.
Enfin… sérieux…

Autres articles de cette série :
<< Ce n’est pas parce qu’on est bébé-auteur qu’on peut aller dans n’importe quelle crèche<< L’espace-temps éditorial expliqué aux bébés-auteurs (première partie)

Cet article a été posté dans Le monde de l’édition et taggé sous , . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

5 réponses à Comment ne pas se faire publier incluant les trackbacks et les pings.

  1. Les Surbookées a dit :

    Je suis fan de ces petits conseils si joliment détournés ! Une très bonne année à toute l’équipe d’Espaces Comprises !

  2. Ping : La revue du dimanche | Jartagnan.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>