Dix conseils ou astuces pour écrire un roman érotique

Il y a plusieurs mois, déjà, nous avons discuté avec Sara Agnès L., qui passait de la romance à l’érotique, qui navigue avec succès entre auto-édition et publication classique chez Milady (collections Emma — primonumérique — et Romantica — broché et numérique). Nous lui avons demandé des conseils pour écrire un roman érotique.

NB : le vocabulaire peut heurter certaines âmes sensibles. ;-)

1) Le contexte avant le sexe

Vous pouvez croire que le fantasme est le plus important de votre histoire, mais détrompez-vous : le contexte, c’est ce qui englobe et permet au fantasme de s’accomplir. Assurez-vous donc de le décrire correctement. Où vos personnages feront-ils des bêtises ? Dans un train ? Sur une voiture ? Sur le canapé ? Après une dispute ? Tous les endroits sont bons si le contexte le rend bien.

2) Des personnages crédibles

En érotisme comme dans tous les autres genres, le lecteur a besoin de s’attacher aux personnages. Faites-les « normaux» : hésitants, colériques, dépravés s’il le faut, trouvez leurs failles et plongez-les dans des situations aussi déstabilisantes qu’excitantes. C’est ce qui leur donnera vie.
Cela vaut également pour les proportions et le niveau d’endurance. Vous savez, les femmes blondes, pulpeuses, aux seins immenses et aux jambes interminables ? Ou l’homme qui une verge à faire peur et qui n’a qu’un seul mode : en érection ? Diantre ! Ayez plus d’imagination. Vous savez qu’entre deux érections, il y a plein de choses à faire ? Commencez donc par là.

3) Songez au lecteur

Le sexe est de l’ordre du privé. En mettant ces scènes par écrit, songez à donner une place privilégiée à votre lecteur au sein de cette intimité. Mettez-vous dans la tête d’un personnage, faites répéter une phrase à monsieur pour empêcher que son éjaculation soit trop rapide et laissez madame rêvasser à Christian Grey en se faisant baiser en levrette. Le côté humain aidera votre lecteur à prendre part à la situation avec vos personnages. Si ça se trouve, il est un peu voyeur, votre lecteur…

4) Évitez les mots vulgaires

Le sexe est beau. Vous avez peut-être envie que madame vous dise de baiser sa chatte ou de parler de sa mouille, mais dans un texte littéraire, peu trouveront cela de bon goût. Dans le feu de l’action, certains mots peuvent sortir de la bouche de vos personnages, et oui, ils peuvent être crus, mais dans votre narration, restez neutre, poli et courtois. Même les situations les plus dures doivent être décrites avec respect.

5) Sortez de la répétition

La pénétration est un acte relativement répétitif. Variez vos positions autant que vos tournures de phrases. Si votre personnage ne fait que des va-et-vient pendant une demi-page, ce sera vite lassant. Relevez-moi cette croupe, bloquez les mains de madame ou fichez-lui une petite tape sur la fesse pour l’émoustiller, mais par pitié, rendez vos baises agréables à lire !

6) Parlez du corps, pas des gestes

Même dans un texte érotique, ce qui compte, ce n’est pas l’acte sexuel, mais le plaisir qui en découle. Donnez une place privilégiée aux sensations. Que perçoit votre personnage pendant que madame lui fait une fellation ? Comment sait-il qu’elle va bientôt perdre la tête ? Montrez la surprise de monsieur lorsque madame approche un peu trop ses doigts de son anus, décrivez la gêne de madame lorsqu’il la caresse sous la table. La mécanique, on s’en fiche, après tout. C’est tout le reste qui nous intéresse !

7) Surprenez le lecteur

Un texte érotique ne doit pas être spectaculaire pour faire vibrer, bien au contraire ! Une situation toute simple peut dégénérer. Déjouez votre lecteur. N’ayez pas peur de le surprendre ! Madame est coincée dans un rendez-vous arrangé et le type l’ennuie ? Pourquoi ne ferait-elle pas une petite gâterie au serveur pour passer le temps ? Un type se retrouve au lit avec une fille à tomber par terre rencontrée dans un bar ? Laissez-le apprécier ses talents avant de lui faire découvrir qu’elle a des testicules sous sa jupe.

8) Offrez-nous de beaux orgasmes !

Une fois qu’ils ont fait leurs cabrioles, n’oubliez pas de rendre vos orgasmes plus intenses que le reste. C’est le moment tant attendu et parfois, il est si vite décrit que je dois revenir en arrière pour m’assurer de ne rien avoir raté. L’orgasme, c’est le point culminant de votre texte. Toutes ces frictions et ces caresses indécentes, c’est pour en arriver là, après tout (ou pas, mais là, c’est une autre histoire). Jouez avec le souffle, les cris, les tremblements, l’ondulation des hanches. Faites-les se retenir pour rendre l’instant plus précieux encore. Songez aux gestes qui paraissent banals : ils s’embrassent, se touchent, entrelacent leurs doigts ? Dans ces moments-là, ça compte. Donnez envie au lecteur de vivre cet instant précieux avec vos personnages.

9) Prenez votre pied !

Les experts vous diront tous la même chose : si on s’ennuie à écrire un texte, on s’ennuiera à le lire aussi. Prenez donc votre pied pendant que vous écrivez votre scène ! Et au passage, faites en sorte que votre lecteur prenne le sien quand il vous lira…

10) La première fois…

Les premiers textes érotiques sont souvent les plus difficiles à écrire. Au fond, c’est un peu comme la première fois qu’on fait l’amour : on apprend, on cherche le bon geste, le bon rythme, on est timide face à certaines situations, on rigole, on se sent idiot…, mais plus on le fait, plus on prend de l’expérience. Écrire, c’est pareil (et pas seulement dans ce genre). Vous êtes anxieux à l’idée d’écrire certains types de scènes ? Écrivez sans réfléchir, faites-le dans un style rude, sortez tous les mots qui vous répugnent. Purgez-vous ! Pas seulement des termes crus, mais aussi de vos préjugés et du malaise que génère la situation qu’il vous faut écrire. À la relecture : changez tout, épurez, peaufiner… Petit à petit, vous trouverez vos repères et vous découvrirez vos limites.

En conclusion…

Écrivez sans prétention et restez vous-même. La raison pour laquelle les gens lisent des textes érotiques (ou lisent, en général), c’est pour sortir de leur quotidien. Ils ne cherchent pas à lire un manuel de biologie, juste à comprendre ce qui se passe sans qu’on leur montre les détails en gros plans. Et si votre texte leur permet de s’évader… alors ce sera mission accomplie !

Cette entrée a été publiée dans Conseils d’écriture et taguée , , , . Placez un signet sur le lien permanent.

3 commentaires sur Dix conseils ou astuces pour écrire un roman érotique

  1. Audibert dit :

    Bonjour,
    J’ai toujours adoré lire et un de mes rêves serait d’écrire un roman érotique, j’ai beaucoup apprécié vos conseils et j’espère avoir l’occasion de me lancer dans cette aventure.
    Merci à vous, bien cordialement, Hélène.

  2. Charlie dit :

    Je viens de tomber sur ce poste alors que j’en suis à la ré-écriture de mon manuscrit. Je me demandais si 50 pages c’était trop long pour faire monter la tension entre les personnages avant d’en arriver a la première scène croustillante. Mon bêta-lecteur me dit que c’est trop long, et en même temps si je ne pose pas les personnages j’ai peur que ça fasse trop rapide. Est-ce que les lecteurs de romans pornographiques aiment quand même un peu d’intro? Je pense que oui mais est-ce que je me trompe?

  3. Anaïs dit :

    Non je ne pense pas non plus que l’action doit arriver trop vite. C’est un peu ce que je « reproche » à certains texte, certains vont trop vite et en 2 jours les vêtements trainent déjà sur le sol… Qui vit ce genre de situation ? Plus de réalisme parfois ça ferait du bien. Parfois cela prend du temps. pas trop certes mais un peu ça ne ferait pas de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>