Espaces Comprises

Kanata, 1 an plus tard

kanata_doll

Kanata (Franck Labat)
Trésorier d’[Espaces Comprises] (à moi les Tagada !!!)
kanata [@]espacescomprises.com
www.francklabat.com

Kanata c’est 25% d’obsession, 25% de compulsif, 25% de geek attitude, 25% de Caribou et 100% de paradoxes ! En tout cas, c’est ce qui est écrit sur la boîte.

Obligé d’écrire sous un pseudo pour protéger sa vie secrète de directeur informatique européen d’une grande société de sécurité, il a sombré dans la paranoïa et le dédoublement de la personnalité depuis 2008. La preuve : même après avoir changé de boulot début 2012, il continue à utiliser son nom d’emprunt, sans doute par peur des représailles des réseaux russes ou chinois… - vous n’aurez pas ma peau !

En se faisant passer pour un écrivain, il espérait brouiller les pistes et juguler les attaques incessantes sur sa personne – et surtout sur mon compte Facebook, vraiment pas cool, les gars… Pas de chance, il est tombé sur Jo Ann, Alice et Ness qui depuis le séquestrent dans un sous-sol lugubre, forcer à écrire 18 heures par jour pour mériter une maigre pitance – y a même pas de fraises Tagada, c’est de la torture ou je ne m’y connais pas ! Si vous lisez ces lignes, aidez-le avant que ce message ne soit repéré et effacé. Appelez la police, ou mieux : envoyez des fraises et des crocodiles Haribo au siège d’EspacesComprises.com – mettez bien mon nom dessus, sinon elles vont tout boulotter.

Galérien de l’écriture depuis plus de 20 ans, Kanata est l’auteur de nombreux textes fantastiques et SF que ce soit sous forme de scénarii, nouvelles, novellas ou romans. Il ne s’engage sur les berges brumeuses de l’édition qu’en 2010, mais il arrive avec un bagage étrange de méthodologie, d’expérience et de vision made in Canada où il a vécu neuf ans en milieu anglophone. Il n’est pas impossible qu’entre un filet de bave et un grognement, il puisse malgré tout vous apporter un ou deux bons conseils, on ne sait jamais…

APPENDUM : Après un long sevrage de fraises Tagada et une diminution drastique du taux de sucre dans le sang, Franck Labat est revenu à la réalité – sur une base moyenne de 12 heures par jour, ce qui n’est déjà pas si mal. Il accepte désormais de répondre à son vrai nom – de toute façon cette histoire de mafia russe s’est réglée à grands coups de Vodka dans un bar sordide du quartier rouge – et a pu suffisamment se concentrer pour publier trois livres.

Un an d’[EC]

Pour moi c’est 3 séries, 35 articles, 125 commentaires et 262 205 caractères espaces comprises.

Mais ce sont surtout des échanges avec des aspirants auteurs, des nouveaux auteurs et des primo-romanciers qui ont renforcé ma première impression sur le manque d’informations qui enveloppe notre milieu. [EC] a non seulement sa place, mais aussi un rôle important à jouer, et je suis fier d’avoir pu contribuer à cette aventure pour l’année passée.

L’alchimie naturelle qui s’est formée entre Alice, Jo Ann, Vanessa et moi est un vrai moteur. Malgré nos emplois du temps chargés et nos contraintes, nous arrivons toujours à produire nos articles et trouver de nouvelles idées – principalement à cause du fouet de Jo Ann, mais chut… J’adore l’ouverture faite aux intervenants qui participent de temps en temps, cela apporte vraiment une notion de communauté au site. Une valeur qui me paraissait essentielle dès le début du projet.

Un an autour d’[EC]

J’ai vécu 1 changement de nom, 1 fin de manuscrit, 1 prix littéraire, 3 publications et je me suis descendu 864 fraises Tagada (l’équivalent de 18 paquets).

Une année très chargée, donc. Ne vous y habituez pas : j’essaie déjà avec peine de maintenir le cap d’une publication par an. Les circonstances m’étaient juste particulièrement favorables en début d’année, au point de reculer une des publications pour ne pas trop occulter les autres.

La prochaine année d’[EC]

Kanata sera toujours fidèle au poste sur [EC] tandis que Franck Labat continuera son petit bonhomme de chemin en tâchant de publier son dernier roman et d’en écrire un nouveau. Mon vœu le plus cher pour cette nouvelle année est de pouvoir changer d’hébergement afin d’offrir ce qui manque le plus au site : une vitesse d’accès digne de ce nom.

Et comme la vie est faite pour évoluer, apprendre et progresser, j’ai décidé de ne pas me cantonner aux Tagada. Cette année, c’est décidé : j’ajoute les crocodiles à mon menu !

Autres articles de cette série :
<< 1 an d’[EC] en chiffres et en lettresJo Ann, 1 an plus tard >>

Cet article a été posté dans Espaces Comprises et taggé sous , , , , . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

7 réponses à Kanata, 1 an plus tard incluant les trackbacks et les pings.

  1. Jo Ann a dit :

    (On va vraiment croire, à cette histoire de fouet.)

  2. Caribou a dit :

    Felicitations pour cette premiere annee! Les articles et series sont excellentes. Bonne continuation et au plaisir de vous lire…
    PS: Franck, je la fais livrer ou la palette de fraise Tagada?

  3. Jack Bauer a dit :

    Bon courage pour les réseaux russes et chinois, méfiance !

    • Kanata a dit :

      T’inquiètes Jack, c’est sous contrôle. Tu te souviens de l’affaire du détournement de déchets radioactifs à Honk Kong ? Ça c’est fini pareil (mais sans l’assassin albinos unijambiste), la routine quoi ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>