Correction

Un peu de théorie entre guillemets

Après mon petit exposé sur les tirets, voici sa suite logique, à savoir les guillemets. Je ne vais pas m’étendre sur la présentation des dialogues, Jo Ann l’a fait très clairement dans son article, mais je me suis dit qu’un peu de terminologie pourrait être utile à certains.

En effet, on entend souvent parler de guillemets français, guillemets droits, guillemets anglais, guillemets allemands, guillemets simples, guillemets doubles… Au final, tout cela peut paraître un peu confus.

Les guillemets français, ou chevrons :

Ce sont ceux que vous connaissez logiquement tous. On distingue le guillemet ouvrant : « et le guillemet fermant : ».

Le guillemet ouvrant est suivi d’une espace insécable, le guillemet fermant est précédé d’une espace insécable.

«^sla citation ou le mot ou le bout de dialogue^s»

Ils sont utilisés pour les dialogues, mais également pour mettre en avant un mot, une expression, pour marquer un changement de registre, pour l’utilisation d’un mot d’origine étrangère, un écart orthographique, un néologisme, de l’ironie… Ils sont aussi utilisés pour les citations, ou pour le récit dans le récit, ce qui nous amène au point suivant.

Les guillemets anglais, ou guillemets droits, ou doubles apostrophes :

On les voit souvent aussi, sous deux formes différentes. Les guillemets anglais à proprement parler, et , ont un sens. Comme en français, il y a le guillemet ouvrant : “ et le guillemet fermant : ”. Bien souvent, ils sont remplacés par des guillemets droits, qui leur ressemblent beaucoup mais sont interchangeables : «  et « .

L’usage des espaces entre les guillemets anglais est moins fixé qu’avec les guillemets français. Certains conseillent une espace insécable au sein des guillemets, comme pour les guillemets français, d’autres les utilisent sans espace.

^sl’usage préconisé par Grevisse^s

“l’usage plus fréquemment observé”

Les guillemets anglais sont utilisés pour la citation dans la citation (ou citation de deuxième rang). Ou la citation dans le dialogue. Ou les guillemets dans le dialogue. Pour faire simple, si vous avez déjà du texte entre guillemets, tout ce que vous mettriez normalement entre des guillemets français se retrouvera entre des guillemets anglais.

« Et là, je t’explique, elle a eu le culot de me dire : “ton article n’est pas assez clair”. Non mais j’te jure. »

Et que faire quand il s’agit d’une citation dans une citation dans une citation ? Nous y venons…

Les guillemets allemands, ou guillemets simples, ou simples apostrophes :

On les rencontre plus rarement. Les guillemets allemands ont eux aussi un sens : et . Souvent, on utilise simplement une apostrophe. Là aussi, l’usage des espaces entre les guillemets allemands est plus flottant.

Les guillemets allemands sont utilisés pour les citations de troisième rang. Donc une citation dans une citation dans une citation.

Pour résumer :

Premier rang : « et ».
Deuxième rang : “ et ”.

Troisième rang : ‘ et ’.

Dans une citation : « Et là, elle me dit : “Mêlez-vous de ce qui vous regarde, ou il pourrait vous arriver des ‘bricoles’”. Comme vous pouvez le voir, je suis toujours aussi peu douée pour les exemples. »

Maintenant que vous savez (presque) tout sur les guillemets…

Imaginons que vous ayez un dialogue qui s’étende sur plusieurs pages. Le genre de dialogue-récit, où pour des raisons de lisibilité, vous avez besoin de revenir à la ligne.

Présentation classique :

« Vous ouvrez vos guillemets français, comme d’habitude, mais que se passe-t-il si vous voulez revenir à la ligne sans changer d’interlocuteur ?
» Eh bien il se passe ceci, vous ouvrez votre ligne avec un guillemet fermant. Il se pourrait un jour qu’un maquettiste vienne vous hurler dessus en vous demandant ce que c’est que ces guillemets fermants en début de ligne, mais c’est bel et bien l’usage. Maintenant, certains auteurs utilisent des guillemets ouvrants en début de ligne, ce qui n’est pas forcément plus logique ou moins logique que des guillemets fermants.
» Évidemment, il ne faut pas oublier de refermer ses guillemets à la fin de son bout de dialogue.
— Sauf si bien sûr on change d’interlocuteur, auquel cas les guillemets se referment à la fin du dialogue. »

Présentation moderne :

Et maintenant, qu’en est-il de la présentation moderne ? Eh bien c’est tout simple, c’est pareil, mais sans les guillemets ouvrants et fermants de début et fin de dialogue.

— Donc, vous avez votre bout de dialogue qui commence comme ça, et pour une raison qui vous est propre, vous avez envie de revenir à la ligne en plein milieu. Soit.
» Comme pour la présentation classique, on ouvre par un guillemet fermant.
» Et chaque retour à la ligne se fait avec un guillemet fermant.
— Par contre, le passage au second interlocuteur se fait avec un tiret, MAIS aucun guillemet fermant ne vient clore le dialogue.

Puisque vous les attendiez tous (j’imagine), les codes !!!

Les codes :

Différents types de guillemets

Guillemets français :

« est obtenu, sur PC, par la combinaison de touches alt+0171 (pavé numérique)
« est obtenu, sur mac en clavier français (AZERTY), par ⌥ (touche option ou alt)+7
« est obtenu, sur mac en clavier suisse (QWERTZ), par ⌥+virgule

» est obtenu, sur PC, par la combinaison de touches alt+0187
» est obtenu, sur mac en clavier français, par ⌥+maj+7
» est obtenu, sur mac en clavier suisse, par ⌥+maj+virgule

Guillemets anglais :

“ est obtenu, sur PC, par alt+0147
“ est obtenu, sur mac clavier français, par ⌥+3
“ est obtenu, sur mac clavier suisse, par ⌥+2

” est obtenu, sur PC, par alt+0148
” est obtenu, sur mac clavier français, par ⌥+maj+3
” est obtenu, sur mac clavier suisse, par ⌥+maj+2

Guillemets allemands :

‘ est obtenu, sur PC, par alt+0145
‘ est obtenu, sur mac clavier français, par ⌥+4
‘ est obtenu, sur mac clavier suisse, par ⌥+¨

’ est obtenu, sur PC, par alt+0146
’ est obtenu, sur mac clavier français, par ⌥+maj+4
’ est obtenu, sur mac clavier suisse, par ⌥+maj+¨

Autres articles de cette série :
<< Comment présenter son manuscritDu bon usage des italiques >>

Cet article a été posté dans Correction et taggé sous , . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

3 réponses à Un peu de théorie entre guillemets incluant les trackbacks et les pings.

  1. Kanata a dit :

    Ha ! Ha ! Victoire ! Je m’arrachais les cheveux pour traiter un long monologue dans mes dernières corrections : le guillemet fermant me sauve la vie !

  2. Raven a dit :

    D’après le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, en ce qui concerne les dialogues qui font plusieurs paragraphes, ce ne sont pas des guillemets fermants qui les introduisent mais des guillemets ouvrants, pour exemple :
    — Oui, dit le vicomte, et moi aussi ! Au moins, j’ai eu moins de peine à le rattraper. […]
    « Quant aux hôtes que je m’étais donnés, en louant leur appartement, continua le vicomte de Brassard, c’était bien tout ce que vous pouvez imaginer de plus bourgeois. […]
    « […] Son imbécile de père, qui lurait toujours quelque chose en pensant à son violent, quand il n’en jouait pas, n’y vit que du feu. »
    — « Le Rideau cramoisi », in Les Diaboliques, de Jules Barbey d’Aurevilly.

    • Ness a dit :

      Les deux sont acceptés. J’ai longuement étudié la question avant d’en parler :) Quant au Lexique, nous n’avons pas la même édition, visiblement, car dans la mienne il n’y a aucune info à ce sujet (ce qui m’avait d’ailleurs beaucoup surprise). Je serais très intéressée par la référence de votre édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>