Correction

Comment présenter son manuscrit

En tant que correctrice, j’ai vu passer pas mal de tapuscrits qui n’étaient pas aux normes typographiques (françaises) et pas conformes aux demandes des éditeurs.

Je vais vous présenter deux exemples à ne pas suivre et celui qui est attendu de vous.

Exemple 1 — à ne pas faire

  1. absence d’alinéa ;
  2. interligne simple ;
  3. tirets simples ;
  4. puces automatiques
Exemple 01

Exemple 2 — à ne pas faire

  1. absence d’alinéa ;
  2. interligne simple ;
  3. saut de ligne entre les paragraphes et les dialogues ;
  4. tirets simples ;
  5. puces automatiques
Exemple 02

Exemple 3 — conseillé

  1. Alinéa pour marquer le début d’un paragraphe ;
  2. Interligne entre 1,5 et 2 cm (cela dépend des éditeurs) ;
  3. Utilisation des cadratins (n’utilisez pas des tirets simples « – » pour ouvrir un dialogue mais un cadratin « — ») ;
  4. Désactivez les puces automatiques ;
  5. Ne sautez pas de ligne entre chaque paragraphe ou entre paragraphe et dialogue.
Exemple 03

Exemple 4 — dialogues « classiques »

Si vous êtes plutôt classiques et utilisez les guillemets français «» (à différencier des guillemets anglais “”), ils sont au même niveau que le début de chaque paragraphe et/ou dialogue. N’oubliez pas de fermer les guillemets à la fin.

Exemple 04

 

 Pour les incises :

Le dialogue ne continue pas, on ferme les guillemets avant l’incise.

« Qui te dit que ce n’est pas un fake ? » lança Kieran. 

Lorsqu’il y a différents interlocuteurs, il n’y a que la première tirade qui prend le guillemet. Le reste du dialogue est en cadratins, puis on referme le guillemet avant la dernière incise.

« Je n’en sais rien. J’aimerais juste qu’un homme comme lui existe.  Regardez votre père », lança Liz.

Mais si l’incise est au milieu du dialogue, on ferme les guillemets à la fin de la dernière tirade.

« Je n’en sais rien. J’aimerais juste qu’un homme comme lui existe. — Regardez votre père , lança Liz. Il ronfle comme une gare… »

Note : renseignez-vous ! Même si la norme orthotypographique change peu d’un éditeur à l’autre, vérifiez quand même les demandes de chaque maison. Entre police 16 interligne simple à police 12 interligne double, il y a de tout !

Publié le 10 novembre 2012

Autres articles de cette série :
<< Une petite histoire de tirets…Un peu de théorie entre guillemets >>

Cet article a été posté dans Correction et taggé sous , . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

20 réponses à Comment présenter son manuscrit incluant les trackbacks et les pings.

  1. Sylvain Desvaux a dit :

    Un article plus que nécessaire ! la typographie et la mise en page sont quasiment aussi importantes que votre style ou que votre orthographe. On vous pardonnera quelques fautes si votre texte est bien présenté. La banalisation des traitements de texte fait qu’aujourd’hui, on s’attend à ce qu’un auteur en maîtrise au moins les bases. Et dans les concours de nouvelles, cela fait une réelle différence. Tip utile : le demi-cadratin, ou tiret du dialogue, qui s’affiche en entrant la combinaison alt-0151.

    • Jo Ann a dit :

      Ou alors la correction automatique pour ceux qui n’aiment pas taper le code tout le temps. C’est facile à remplacer un – - (ensemble) par un — en fin d’écriture.

      • Ness a dit :

        Sur mac, c’est encore plus simple : shift+alt+- pour le — et alt+- pour le – (en tout cas sur mon clavier). Mais c’est vrai que sur PC, je fais une recherche à la fin du document. J’ai d’ailleurs des termes très ridicules : QQ pour le — et WW pour le –, histoire d’être certaine d’avoir deux lettres qui ne risquent pas de se retrouver l’une derrière l’autre dans un texte (évitez quand même le WW si vous pensez mettre une adresse web dans un texte sous peine de vous retrouver avec un w– à la place). Du coup, j’ai parfois rajouté des trucs à la dernière minute dans un chapitre des Enfants de l’Ô, et les lecteurs avaient des QQ bizarres à la place des traits de dialogue *facepalm*. Mais tout de même, c’est bien pratique.

        Si on veut être complètement au point niveau terminologie, c’est le cadratin qui s’affiche en faisant alt+0151, et le demi-cadratin avec alt+0150. Le tiret du dialogue est le cadratin (ou tiret long), le demi-cadratin est le tiret d’incise (ou tiret moyen), comme Jo Ann le précise dans son article.

      • Ouais, c’est tout de même plus facile d’écrire sur un Mac ;-) Les guillemets français sont également un peu plus accessibles : alt-è pour « et alt-shift-é pour ».
        Quand tu es sur PC, plutôt que mettre WW ou QQ, tu peux utiliser #Q# (ou $Q$, ou @Q@, etc.). Tu as déjà moins de chance de le trouver dans ton texte pour une autre raison.

  2. Jo Ann a dit :

    Les guillemets sont automatiques sur Word, donc plus accessibles en tapant un code, je vois pas. ;-)

    • Ness a dit :

      Assez d’accord ^^ Bon, après, ça dépend, certaines personnes les désactivent pour une raison x ou y, et du coup, là, ils ne le sont plus.
      L’avantage de QQ ou WW, c’est que c’est un appui 2x sur la même touche, contrairement à un #Q#, qui sur mon clavier est d’ailleurs une gymnastique bizarre (je ne suis pas sur un clavier AZERTY). Du coup, maintenant, je me demande si mes astuces pour les cadratins fonctionnent sur les claviers AZERTY. Il me semble que oui, mais à confirmer.

  3. Kanata a dit :

    Évidemment, si vous insistez avec le pire clavier français disponible pour écrire… c’est de votre faute… Moi je suis en QWERTY FR-CAN depuis 15 ans, ça roxx des cacahouètes. Tout est à portée de la main : guillemets EN ou FR, toutes les combinaisons d’accents, les chiffres sans avoir à utiliser VERR MAJ… Que du bonheur ;-)

  4. prospero55 a dit :

    Je me permets d’intervenir (avec retard)… Je pensais tout comme vous (à savoir qu’il fallait utiliser le cadratin pour les dialogues). Mais j’ai été stagiaire chez un éditeur qui considérait que le cadratin était une marque d’archaïsme ! Apparemment, à l’imitation des normes américaines, il faut désormais utiliser le demi-cadratin pour les dialogues…

    • Jo Ann a dit :

      Le cadratin — ou le semi-cadratin –, les deux se valent et c’est après au goût de l’éditeur. Cela concerne aussi la mise en page et la place que le cadratin peut prendre. :-) Tant que ce n’est pas un tiret – !

  5. Mémoire du Temps a dit :

    Oui, c’est bien de préciser, mais autant en profiter pour parler aussi des majuscules commençant une incise… beaucoup ne savent pas qu’on n’en met pas même après ! ? et … (et Word en met une automatiquement souvent) et qu’on n’ajoute pas une virgule après parce que souvent les incises sont précédées d’une virgule (si si j’ai déjà vu ça).
    Et aussi qu’on évite les répétitions (l’exemple est donc mal choisi avec deux fois lança).

    Mémoire

    • Jo Ann a dit :

      Bien vu pour les majuscules.
      Et cet exemple a été choisi parce qu’il donnait différentes situations. Le fond n’est pas du tout important.

  6. Laduchessederat a dit :

    Cet article est franchement génial. Merci pour les exemples concrets. Je partage sur FB et Twitter.

  7. Louve a dit :

    Cet article est très utiles ! je ne savais pas pour les guillemets, alors que je m’en sert beaucoup. Je prends donc note de cette information très précieuses !
    par contre, comment fait-on les cadratins sur les logiciels de traitement de textes ? je me sers seulement des tirets simples, et je ne connaissais même pas le terme en fait.

    • Jo Ann a dit :

      Pour le cadratin, faites Alt+0151 —, et le demi-cadratin, Alt+0150 –.

      Pour Word et Cie, certaines personnes utilisent la correction automatique pour transformer deux tirets — en cadratin. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>