Méthodes

La méthode dite « du flocon » expliquée et illustrée – Étape 6

L’étape 6 – Développer les résumés des personnages en synopsis (1-2 j)

Bon, ça ne devrait pas vous prendre de court, finalement, il y a une certaine logique dans cette progression, non ?

– Côté histoire : Une phrase => (devient) => un paragraphe => (devient) => un petit synopsis.

– Côté personnages : une phrase => un paragraphe =>  un petit synopsis 😉
(Avec, il est vrai, l’ajout de la mini-fiche informative qui, devinez quoi ? => (deviendra) => une fiche complète.)

Il s’agit, comme vous l’avez deviné, de reprendre le petit paragraphe de chaque personnage (voir étape 4) et de le développer chaque fois en un court synopsis. Une page par personnage principal, une demi-page pour les personnages de second plan. Ces synopsis doivent montrer ce que leurs personnages vivent au cours de l’histoire selon leurs points de vue distincts.

Vous pouvez, et probablement devrez, revenir en arrière à tous moments pour réaligner certaines étapes en fonction de ce que les personnages vont vous imposer à vous et au récit. Une fois terminé, vous êtes désormais en possession de plusieurs fils conducteurs pouvant relater les événements de votre histoire. Vous avez désormais une référence précise de qui est où et fait quoi à quel moment de l’histoire.

Exemple

Synopsis d’Eugene Black :

« Black vit en seigneur dans sa mansion, entouré de majordomes, de domestiques et de sbires tous prêts à exaucer ses moindres vœux. Il est à la tête du plus grand consortium financier jamais créé. Une entité illégale dont il cache la véritable emprise au travers de ténébreux réseaux d’associations, fonds de pensions, partenariats, succursales, banques, dépôts, entrepôts et industries afin de passer au travers des mailles de toutes les lois antitrust. Il peut écraser ou racheter la moindre start-up, le moindre concurrent, au gré de son humeur. Il a la mainmise sur la politique, l’économie, les médias, l’art, mais son occupation du moment est la manipulation géopolitique. Une occupation mise à mal depuis peu.

En jouant entre émeutes, coups d’État et attentats, Black a pour habitude de profiter du chaos qui règne entre le déclenchement de grands événements et l’arrivée des aides humanitaires pour conduire toutes sortes d’actions allant du trafic d’objets à l’exploitation illégale de certains sites en passant par la signature de contrats sous le manteau et l’établissement de personnes d’intérêts, toujours les siens, aux rênes du pouvoir. Mais les derniers soulèvements au Moyen-Orient n’ont pas été à la hauteur de ses attentes. L’ONU, anormalement rapide, a su intervenir – et parfois même enrailler rapidement – des situations épineuses. C’est ainsi qu’il découvre le projet très spécial d’un génie travaillant pour l’organisation et dont les travaux de modélisation et de probabilité sont sans doute à l’origine de ces interventions. Il comprend ce qu’un tel potentiel, utilisé sur les marchés économiques, pourrait lui apporter. Il multiplie les offres pour acquérir les services du chercheur, mais il est systématiquement éconduit par la femme de ce dernier et décide de la faire assassiner sous couvert d’une agression. Black n’a alors plus qu’à prendre le mari dans ses filets et le faire travailler pour lui. Mais quelle n’est pas sa surprise de découvrir un tout autre potentiel de ce génie hors du commun !

Brisé par la perte de sa femme, le savant a fait le pari fou de revenir dans le temps pour empêcher son meurtre. Voyager dans le temps ? Le Graal de la toute-puissance. Black décide de soutenir le projet par tous les moyens pour s’en approprier les résultats. Petit à petit, les desseins s’avèrent plus réduits, mais lui offrent une opportunité nouvelle jusque-là profondément enfouie dans la noirceur de son être : marcher à nouveau ! L’invention permet de propulser la conscience d’un individu dans son propre corps à travers le temps. Les tests concluants, il décide de faire tuer le scientifique.

Le savant s’échappe et Black sait que s’il parvient à sauver sa femme, toute son œuvre de voyage temporel ne verra jamais le jour. Il envoie donc l’un de ses sbires sur les traces du scientifique afin de l’empêcher de parvenir à ses fins. La machine en sa possession, il pourra non seulement revenir à une époque qui précède son accident, mais aussi faire des placements avisés et asseoir encore plus sa domination en anticipant tous les événements. »

Autres articles de cette série :
<< La méthode dite « du flocon » expliquée et illustrée – Étape 4<< La méthode dite « du flocon » expliquée et illustrée – Étape 5La méthode dite « du flocon » expliquée et illustrée – Étape 7 >>

Cet article a été posté dans Méthodes et taggé sous . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

10 réponses à La méthode dite « du flocon » expliquée et illustrée – Étape 6 incluant les trackbacks et les pings.

  1. J’en suis là. Du moins, je commence, mais c’est un peu décourageant. J’ai l’impression que je ne fais que me répéter encore et encore depuis le début. Enfin, ce n’est pas tout à fait vrai : j’ai découvert des tas de détails cachés à propos de mes personnages dans les précédentes étapes et je suis certaine que cette étape-ci me permettra de ranger tout ça comme il faut, voire de développer encore certains points. Mais dans l’ensemble, je trouve le côté rabâchage un peu laborieux.

    • Kanata a dit :

      Certes, il n’est pas rare lorsque l’on maîtrise mieux la chose, de mutualiser certaines étapes.
      MAIS, l’intérêt et de pouvoir avancer vite, touche par touche. Il ne faut pas passer trop de temps sur les premières étapes.
      Ces synopsis individuels vont permettre d’avoir différents fils conducteurs d’une part, et mieux maîtriser les intérêts, conflits et motivations de chaque personnage, d’autre part.

      • Oui, je me rends compte qu’en affinant petit à petit le point de vue de chaque personnage, la trame dans son ensemble s’enrichit considérablement. Les idées fusent, les choses se mettent en place d’elles mêmes de manière cohérente. C’est fastidieux, mais indéniablement efficace !

  2. Kanata a dit :

    Patience et persévérance sont les outils les plus utiles à un auteur, bien avant l’usage d’un traitement de texte ou d’une plume 😉

  3. Louve a dit :

    Ohlala, c’est tellement décourageant. Enfin, ça doit surement être très efficace, mais j’ai tellement de personnage, ça va être tellement long que ça me décourage beaucoup.

    • Kanata a dit :

      Juste les personnages principaux (protagonistes et antagonistes), et les éventuels seconds récurrents qui ont de l’importance.
      Ça va te permettre de mieux les connaitre, et éventuellement d’identifier des sous-intrigues et/ou fils conducteurs à développer.

  4. Mélanie a dit :

    Je trouve aussi cette étape assez difficile !

    Pour certains des personnages, j’ai l’impression de répéter la même chose en développant leur synopsis, car à part leur histoire de base, beaucoup vivent à peu près la même aventure, puisqu’ils sont en groupe. Du coup, difficile de faire 1 page à chaque fois…

    Pour d’autres c’est effectivement utile puisqu’ils vivent d’autres trucs en parallèle, mais pas pour tous…

    J’ai fait une page pour le personnage principal, mais pour 3/4 autres personnages, ça reste sensiblement la même chose !

    Je crois que je vais un peu zapper cette étape pour certains persos. C’est dérangeant ? (je vais développer le maximum, mais pour pas écrire la même chose, certains auront que 1/2 page je pense…)

    • Kanata a dit :

      C’est absolument naturel. Un « protagoniste » peut tout à fait être un groupe de personnes.
      Il m’arrive (assez souvent en fait) d’avoir une fiche de personnage pour un groupe. En général, j’ai un paragraphe avec une ligne spécifique par membre (histoire de les personnaliser, de ne pas confondre les descriptions, noms…) et ensuite je traite de manière groupée ce qui leur arrive.
      Voici, à titre d’exemple, le début de ma fiche « Le groupe de scientifiques » (c’est son vrai titre 😉 ) de mon projet actuel.

      Le groupe de scientifiques :
      • Psychologue/Psychiatre = Erich Jäger (env 45, DEU/FR)
      • Sociologue = Étienne Verdoux (env 60, FR)
      • Linguiste = Elena Kozloff (env 35, RU)
      • Généticien – xeno-généticien ? Sigve Underdahl (env 45 NO)
      • Théologien = Mark Scott (env 50 US)
      • Astrophysicien – CETI/SETI specialist Katlynn Mitchell (env 40 US)
      • Géophysicien – Geophysical Institute of Alaska Fairbanks Logan Chow (env 30+ CAN BC)

      Ensuite je traite « Le groupe » sans réelle distinction. Il a son pitch, ses objectifs, ses enjeux, ses motivations, ses obstacles, sa révélation, son résumé, son synopsis, tout comme un personnage individuel :

      Spécialistes renommés de leurs champs respectifs, ils sont pour la plupart inconscients du fait d’être sur la liste du protocole de l’ONU et vaquent à leurs recherches.
      Lorsque la découverte est confirmée, ils sont tous un à un emmené dans les locaux top-secret où est gardé l’inconnu.
      Ils ont du mal à trouver un consensus entre leurs diverses disciplines et personnalités, mais s’entendent tous à confirmer la fin proche de notre planète si les perturbations magnétiques continuent de la sortent…

      Dans un précédent opus, j’avais la même chose avec « Le groupe de mercenaires » (toujours 100% véritable titre de la fiche, je sais, j’ai une imagination débordante…)

      • Mélanie a dit :

        Merci !! Je vais faire ça aussi. J’y avais pas pensé, alors je me répétais et du coup ça me donnait pas envie de continuer à le faire pour tous…

        Très bonne idée en tout cas 🙂

        Mes titres ne vont pas être mieux, le tout c’est de se comprendre soi-même ! Comme vous l’avez dit, c’est un travail pour nous qui ne sera pas publié, alors on s’en fiche… Et heureusement car vu les idées en vrac que je met, c’est pas vraiment agréable à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *