Ressources

Organisation sociale – 1ère partie

Organisation sociale

Généralités

  • Où la recherche scientifique et/ou magique est-elle effectuée – universités, laboratoires privés, sous la protection du gouverneur/du gouvernement, etc. ?
  • Est-il nécessaire d’avoir un permis pour être un magicien ? Si oui, est-ce que ça ressemble plus à un permis de conduire (quelque chose que presque tout le monde dans notre culture obtient en âge de conduire) ou comme une licence de médecine (quelque chose que seul un petit pourcentage de la population obtiendra jamais) ? Qui certifie les magiciens : le gouvernement, la guilde/l’ordre du magicien, les prêtres locaux ?
  • Quels sont les divers grades et titres et les formules de politesse appropriés pour s’adresser à l’aristocratie/à la noblesse ? Est-ce que tout le monde est nommé « mon seigneur » et « ma dame, » ou y a-t-il davantage de distinctions (votre grâce, votre altesse, votre majesté, votre sainteté) ?
  • Quels métiers sont respectés ? Méprisés ? Pourquoi ?
  • Combien de niveaux y a-t-il dans cette société : paysans, bourgeoisie, guerriers, nobles ? Combien difficile est-il à lever ou tomber d’un niveau social à l’autre ? Combien la société sont-elles les divisions entre les classes sociales – est-ce qu’est-elle honteuse pour qu’un noble engage dans le commerce ou pour qu’un guerrier aide avec la moisson ?
  • Est-il difficile de grimper ou de tomber dans les classes sociales ? Y a-t-il beaucoup de mobilité sociale ? À quel point les gens pensent-ils qu’il y en a ?
  • Quelles sont les normes de la beauté pour les gens ? Pour les peintures et les sculptures ? Pour les vêtements et les meubles ? Comment diffèrent-elles des normes dans votre culture (exemple : un pays qui considère le fait d’être bien en chair un critère de beauté) ? Comment le standard de beauté reflète-t-il les traits physiques des diverses races (exemples : les nains pourraient considérer une taille excessive sans attrait ; les loups-garous pourraient être attirés par de longues dents ou un parfum particulier) ?

Le gouvernement

  • Comment la présence de la magie et des magiciens a-t-elle affecté la loi et le gouvernement ? Est-ce que les magiciens sont bannis de certains types de professions ou bureaux gouvernementaux ? Quelques professions gouvernementales exigent-elles d’être exercées par un magicien ?
  • Quel est le modèle de base du gouvernement : féodal, aristocratique, oligarchie, gouverneur absolu, démocratie, ou ? Quelles formes de gouvernement sont employées dans les pays voisins, et pourquoi sont-elles les mêmes ou différentes ?
  • Quels services sont fournis par le gouvernement ou le chef d’État : écoles, puits, cours juridiques, une armée pour protéger des personnes contre les Vikings ? Quels services sont fournis localement ou en privé ?
  • Qui a le droit de prélever des impôts ? Pour quoi ? Sur quoi ou qui ? Les impôts peuvent-ils être payés en nature, ou certaines choses exigent-elles de l’argent ?
  • Qui fournit des services de soutien pour le chef d’État ? Comment sont-ils appelés : Conseillés du Roi, membres du cabinet, secrétaire d’état, … ? Sont-ils des fonctionnaires, des personnes désignées, des militaires, des élus, des personnes héritant de cette charge ?
  • Est-ce que la puissance relative d’un pays ou d’un dirigeant est habituellement mesurée par la taille de son armée, le nombre et la capacité de ses magiciens, ou la somme d’argent ou l’importance du commerce qu’il brasse ?
  • Qui est considéré un citoyen, avec les droits et les privilèges qui lui reviennent ? Quels sont ces droits et ces privilèges (vote, protection contre les voleurs, le droit à une audience à Rome) et quelles responsabilités vont de paire avec ceux-ci (faire partie d’un jury, fournir des fonds ou des chevaliers pour l’armée du seigneur, etc.) ?
  • Y a-t-il certaines classes de personnes (magiciens, étrangers, enfants, paysans, femmes) qui ont moins de droits légaux ou moins de recours que les citoyens à part entière ? Pourquoi ? Sont-ils considérés mentalement ou moralement déficients, un danger pour l’État, ou y a-t-il une autre logique à cela ?
  • Quelles sont manières les plus faciles/les plus courantes d’élever son statut – amasser plus d’argent, faire un bon mariage, obtenir l’attention du dirigeant, etc. ? Y a-t-il beaucoup de résistance à l’avancement dans le statut social ?
  • Qui succédera à la tête du gouvernement si le chef d’État actuel n’est plus en mesure d’exercer ? Comment cela est-il déterminé ? Y a-t-il un héritier (réel ou politique) ? Qu’est-ce qui se produit si l’héritier est un mineur ? Qui donne les ordres ? Comment ces gens sont-ils sélectionnés ?
  • Qui est responsable de la protection du chef d’État ? Sa garde personnelle, le service secret, un groupe d’élite affilié avec les militaires réguliers ? Quelles mesures de protections ont-ils contre les assassins, les empoisonnements, les attaques directes, les attaques magiques ?
  • Qui peut donner des ordres (aux militaires, aux percepteurs d’impôt, aux domestiques, aux gens ordinaires dans la rue) ? Comment de telles personnes sont-elles choisies ?
  • Qui est responsable de la monnaie : le gouverneur, les barons locaux, quelqu’un d’autre (guildes marchandes) ? Y a-t-il des standards généralement acceptables ? À quel point est-il facile/courant de contrefaire la monnaie ?
  • Y a-t-il un système d’éducation organisé ? Si oui, qui le fournit : le gouvernement, les églises, des particuliers ? Comment est-il soutenu ?
  • Qui peut appeler des hommes pour une armée, et comment ? Est-ce que le gouverneur demande des hommes à la noblesse, qui fournissent leurs paysans, ou est-ce que le dirigeant peut aller directement chercher les paysans ?
  • Quelle quantité d’espionnage officiel et de récolte d’informations est normalement effectuée par les gouvernements ? Les militaires ? Les guildes marchandes et les riches commerçants ? Y a-t-il de véritables organisations, ou l’espionnage est-il effectué par des diplomates et/ou des agents indépendants ? Quelle est l’efficacité actuelle de ce système ?
  • Les relations entre les pays dépendent-elles principalement des relations entre les chefs d’État, ou deux dirigeants peuvent-ils se détester viscéralement sans avoir la possibilité de simplement déclarer la guerre et y entraîner leurs pays ?
  • Y a-t-il des périodes durant lesquelles les gens sont censés jeûner ou festoyer (par exemple avant le solstice, après la naissance d’un enfant, pendant le Carême ou le Ramadan, après la mort d’un dirigeant, etc.) ? Y a-t-il des occasions lors desquelles le dirigeant est censé offrir à son peuple une fête ou un spectacle (par exemple les jeux des gladiateurs romains) ?

La politique

  • La magie est-elle une profession, un art, ou juste un travail ? Quel est le statut accordé aux magiciens dans cette société ? Leur interdit-on les actions politiques, ou est-ce que les magiciens et la guilde des magiciens trempent jusqu’au cou dans les intrigues des tribunaux ?
  • Les magiciens sont-ils une force dans la politique, ou sont-ils au-dessus d’elle ? Y a-t-il une politique nationale qui tourne autour de la magie/des magiciens (c.-à-d., qui essaie de proscrire, de protéger, ou de favoriser certains genres de magie, qui tente d’entraîner les magiciens dans l’armée d’un dirigeant, qui accorde leur licence aux magiciens, etc.) ? Les magiciens ont-ils un lobby ? En ont-ils besoin ?
  • Y a-t-il de la tension, une rivalité, ou de l’hostilité pure entre certains dieux réels ? Comment cela affecte-t-il la politique de l’Église ? La vie quotidienne des gens ?
  • Le niveau de l’avancement technologique correspond-il avec le niveau de l’avancement social et politique ?
  • Est-ce que la puissance relative d’un pays ou d’un dirigeant est habituellement mesurée par la taille de son armée, le nombre et la capacité de ses magiciens, ou la somme d’argent ou l’importance du commerce qu’il brasse ?
  • Quelles sont manières les plus faciles/les plus courantes d’élever son statut – amasser plus d’argent, faire un bon mariage, obtenir l’attention du dirigeant, etc. ? Y a-t-il beaucoup de résistance à l’avancement dans le statut social ?
  • Quelles sont les principales factions politiques actuelles ? Depuis combien de temps sont-elles présentes ? Quelles factions alliées, lesquelles sont ennemies ? Y a-t-il de nouvelles puissances potentielles sur la scène politique (par exemple, une bourgeoisie montante, une université gagnant une puissance inattendue en raison de certaines découvertes magiques, etc.)
  • Quels sont les problèmes politiques controversés actuellement/dans cette époque/dans ce pays ? Quelles sont les positions considérées conservatrices sur ces questions ? Libérales ? Impensables ?
  • Quelle est l’importance de l’influence de certains « groupes d’intérêts » comme les négociants, les magiciens, ou les diverses religions, sur la cour politique ? Comment exercent-ils leur influence – indirectement (en convainquant la noblesse ou les membres du Conseil de prendre leur parti) ou directement (par corruption, par coercition, en ayant leurs propres représentants au Conseil) ?
  • Y a-t-il des alliances politiques précaires entre les divers groupes ? Pourquoi ont-elles été formées ? Combien de temps est susceptible de s’écouler avant qu’elles ne se brisent ? Que se passera-t-il à ce moment-là ? Quels seront les effets de cette rupture ?
  • Quelles rivalités et haines antiques affectent toujours des attitudes courantes et des positions politiques (exemples : Groupes séparatistes d’Écossais et de Gallois ; catholiques contre protestants contre musulmans ; nains contre elfes ; Hatfields contre McCoys) ?
  • Quels genres de personnes sont susceptibles de se heurter à des préjugés : nains, loups-garous, négociants, femmes, entrepreneurs ? Est-ce que ceci est institutionnalisé (c.-à-d., une question de loi) ou est-ce qu’il s’agit la plupart du temps d’une question d’attitude publique ? Le dirigeant est-il assez puissant pour passer outre les préjugés et nommer un nain en tant que Conseiller en chef ou Secrétaire de la Défense et arriver à ce que cela fonctionne ?
  • Qui succédera à la tête du gouvernement si le chef d’État actuel n’est plus en mesure d’exercer ? Comment cela est-il déterminé ? Y a-t-il un héritier (réel ou politique) ? Qu’est-ce qui se produit si l’héritier est un mineur ? Qui donne les ordres ? Comment ces gens sont-ils sélectionnés ?
  • Y a-t-il des gens qui ont une grande influence sur le gouvernement/la politique, mais qui n’ont aucune position officielle ? Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils de l’influence ? Est-ce que ceci est considéré comme normal, ou comme quelque chose de négatif ?

La criminalité et le système légal

  • Comment la présence de la magie et des magiciens a-t-elle affecté la loi et le gouvernement ? Est-ce que les magiciens sont bannis de certains types de profession (juge, jury, police) ? Quelques professions demandent-elles à être exercées par un magicien ?
  • Quels sont les moyens considérés comme normaux et légaux pour recueillir des preuves et déterminer la culpabilité d’un suspect ? La torture est-elle permise ? Les sorts de vérité sont-ils autorisés ? Les jugements arbitraires effectués par le seigneur ou le propriétaire foncier sont-ils permis, ou ces derniers doivent-ils suivre une procédure ?
  • Si quelqu’un s’oppose au jugement qu’il reçoit devant le tribunal, peut-il faire appel à quelqu’un, comme l’empereur ou la cour suprême ?
  • Quelles armes personnelles sont à la disposition de qui peut se les permettre ? Est-ce que certaines sont considérées comme des armes « réservées aux nobles » par tradition ou par loi ? Y a-t-il des lois interdisant à certains types de personnes (paysans, magiciens, prêtres, femmes) de porter une arme ? Y a-t-il des lois exigeant de certaines personnes une capacité à manier des armes particulières, comme en Angleterre il y a quelques siècles où les hallebardiers devaient savoir manier un arc ?
  • La magie légale est-elle possible ? Utilisée communément ? Admissible devant le tribunal ? Utilisée seulement pour certains types de crimes (et si oui, lesquels) ? Est-elle à la portée de n’importe quel magicien, ou une spécialisation est-elle nécessaire ?
  • Certains sortilèges (par opposition à la magie en général) sont-ils illégaux ? Si oui, comment un magicien criminel serait-il démasqué ? Appréhendé ? Puni ? Les magiciens criminels sont-ils pris en charge par le même système judiciaire que tout un chacun, y a-t-il une branche spéciale de la cour qui leur est réservée, sont-ils traités par la guilde des magiciens, ou envoie-t-on simplement un groupe de héros pour les tuer ?
  • Existe-t-il des cours séparées pour les affaires civiles et les affaires criminelles ? Pour les affaires magiques et non-magiques ? Pour les humains et les non-humains ? Quelles sont les différences ?
  • Qu’est-ce qui est considéré comme un crime vraiment sérieux et pourquoi ? (Exemple : une culture tournée vers le marché pourrait considérer la contrefaçon comme un crime punissable de la peine de mort ; dans un endroit où la vie a peu de valeur, le meurtre pourrait être simplement passible d’une petite amende.)
  • Comment sont punis les crimes sérieux et les infractions mineures ? Y a-t-il des prisons, ou les gens sont-ils punis puis libérés ? Y a-t-il des degrés de punition – marquage à chaud, oreilles coupées, main coupée, décapitation – tout le monde est-il pendu ?
  • Qui se charge d’attraper les criminels ? Qui paie les attrapeurs d’escrocs ? Le roi, le gouvernement de la ville, un consortium des négociants, quelqu’un d’autre ? Comment sont-ils organisés ? En arrondissements de police indépendants, dans des districts qui se recoupent, ou juste selon qui loue leurs services ? Sont-ils à plein temps, à temps partiel, volontaires ? Privés ou publics ? Quel type d’installation possèdent-ils ? Quelles armes sont-ils autorisés à porter ?
  • Y a-t-il des avocats ou des défenseurs ? Qui a les moyens de les payer ? Qui les forme et/ou les diplôme ?
  • Les gens sont-ils coupables jusqu’à ce qu’ils soient prouvés innocents, innocents jusqu’à ce qu’ils soient prouvés coupables, ou est-ce que cela dépend de l’humeur du seigneur au moment où on lui présente le cas ?
  • Y a-t-il des juges autres que le seigneur/roi ou le propriétaire foncier ? Si oui, comment sont-ils payés, et par qui ? À quelle fréquence les secteurs périphériques sont-ils susceptibles de voir un juge ? La « justice populaire » est-elle courante ? Approuvée ou désapprouvée ?
  • Y a-t-il des lois somptuaires exigeant ou interdisant le port de certains vêtements par certains corps de métiers ou classes ? Les juges portent-ils des robes longues et des perruques ?
  • Les magiciens sont-ils au-dessus ou en dessous de la loi ? C’est-à-dire : ont-ils des droits pleins en tant que citoyens, pas de droits du tout, ou peuvent-ils faire ce qu’ils veulent sans se préoccuper des droits des autres ?
  • Les voleurs de grand chemin, les agresseurs, les bandits ou les pirates sont-ils fréquents ou rares ? Quelles sortes de crimes le citoyen moyen serait-il susceptible de rencontrer au cours de sa vie ?
  • Qui peut créer ou abroger des lois – un groupe (tel qu’un Sénat élu, un Conseil désigné, ou une Chambre des Lords héréditaire) ou seulement le roi/empereur/chef d’État ? A quel point la noblesse, les commerçants de la classe moyenne, etc. peuvent-ils influencer les lois qui sont créées ?
  • Comment les suspects sont-ils traités avant et après leur condamnation ? La police, les militaires, la garde municipale ont-ils l’habitude de maltraiter les suspects, ou est-ce mal vu ?
Autres articles de cette série :
<< Peuples et coutumes – 2e partieOrganisation sociale – 2e partie >>

Cet article a été posté dans Conseils d’écriture, Ressources et taggé sous , . Ajouter le permalien aux favoris.
Partager !
Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>